Wiels | FR

Wobbe Micha

(b. 1985, Belgique)

Wobbe Micha est diplômé de Sint Lukas School Brussels Free Arts

"L'Ivresse des grandes profondeurs"
Récupérer l'origine du geste absolu dans l'espace.

Lorsqu'il est attentif, on est capable de percevoir un mouvement particulier dans la phrase suivante: «Pas de drame, pas de sujet et je dirai même pas d'objet. »Ce même mouvement se retrouve dans chacune des œuvres exposées. À travers chacune de ces œuvres et à travers chaque mot, une révolution continue - une rotation - est préservée pour arrondir apparemment le sens. Pourtant, au premier moment, notre attention est dirigée vers les contenus singulièrement déterminés. Le mouvement coïncide avec une vigilance dont on tente de récupérer la source pendant son vol. L'apparence permettant à chaque objet de se manifester se réfère en effet à elle-même de manière absolue. Le son O, qui devient sans cesse sonore, ne peut être capturé que lorsque l'on remodèle le son O en tant qu'objet de celui-ci.

Cette progression graduelle de la conscience se retrouve dans la description ci-dessous. La véracité des connaissances proposées n'est pas claire, mais il peut être intéressant de l'utiliser comme une approche pour évoquer des associations.
… «Sous l'eau, la peau est couverte de bulles d'air nacrées, qui protègent la peau nue d'une pression excessive. Le moindre coup de pouce fait se détacher les bulles, en délivrant une à la pression exercée par la profondeur. »Ce phénomène, appelé« L’ivresse des grandes profondeurs », se produit lors de l’inhalation d’un gaz rare, qui ne disparaît pas complètement en expirant, sous pression.
Les gestes présents dans l'exposition, ont été formés dans l'air et soulignent que l'intellect est la capacité de ne pas réfléchir à nos pensées. De plus, ce mouvement indique le point après lequel on peut parler d'art en termes de réalité lors de la recherche du patient du mot juste.

Dans la réunification, dans laquelle le geste et sa signification semblent coïncider, les objets sont ordonnés et formés par la contemplation, après quoi l'évidence ne peut être trouvée que dans l'élément défini par cette tonalité soigneusement omise. En tant que tel, le son O coïncide avec une définition brillante. L'expérience est déterminée de part en part et précède la forme à laquelle elle appartient. Aucun objet n'est destiné à être forcé à l'arrière-plan ou à la forme. Tout repose sur le sens de l'attention. Ce sont des gestes qui évoluent dans l'espace et ne peuvent avoir aucune signification en dehors de celui-ci. Pas un seul point dans l'espace, ni aucune suggestion possible n'est perdue.

m
w

photographie avec geste réalisée par Jonathan Jacques