Wiels | FR

Grace Schwindt

Née en 1979, Allemagne

J'utilise un décor de théâtre pour des performances et des œuvres vidéo avec un minimum d'éléments architecturaux et d'accessoires pour marquer un endroit, par exemple une maison de famille ou une falaise en Grèce où se tient un soldat. Je place les corps dans ces espaces, y compris le mien, et j'utilise une chorégraphie étroitement scénarisée dans laquelle chaque mouvement se rapporte à des systèmes institutionnalisés qui reposent sur l'exclusion et la destruction. Les entretiens que je mène avec des individus servent souvent de point de départ à des dialogues fictifs qui sont ensuite livrés par différents interprètes.

Tout en essayant de représenter un système, je le déconstruis en permanence en utilisant les mêmes mécanismes que j'applique pour le construire: corps, mouvements, discours, mobilier, architecture et costumes. Par exemple, le film «Locataire» décrit les routines qui se déroulent dans une maison familiale, comme manger ensemble, faire ses devoirs ou prendre un bain. Ces routines s'inscrivent dans un contexte historique et social plus large et sont interrompues à plusieurs reprises, par exemple, par une artiste qui tombe dans les escaliers au moment même où elle atteint le sommet. Le corps dans mon travail est transformé en un accessoire fragile et en danger constant. Je souhaite vider les espaces de sens institutionnalisés. Cependant, cela ne conduit pas à la neutralité mais redevient chargé de sexe, d'âge, de race et de classe.