Wiels | FR

Ben Cain

(b. 1975, UK)

Donner des points de départ sous forme de mots, de couleurs, de formes géométriques 2D simples; les spectateurs seront invités à concevoir des lieux et des espaces à la fois réels et tangibles, ainsi que ceux qui semblent exister en dehors de notre cadre de référence visuelle.

En ce qui concerne le processus de représentation des lieux - fictifs et imaginaires - je m'intéresse à la nature apparemment résolue ou réduite de l'esthétique minimale, placée à côté de quelque chose de beaucoup moins certain ou sûr de soi, quelque chose d'irréductible et d'illusoire, et d'instable. Ici, le processus de développement du sujet, ou l'idée d'un lieu, est celui qui doit se dérouler collectivement, impliquant le potentiel de lectures multiples, de remixes, et un degré d'ouverture qui peut parfois frôler le déconcertant.
Les formes et symboles simples ne seront pas des «choses en soi», mais agiront plutôt comme une interface entre le spectateur et l’espace lointain / imaginé? Il pourrait y avoir quelque chose de l'immensité inconcevable de l'espace extraterrestre, à côté des tentatives de concevoir des espaces beaucoup plus locaux et familiers.

Le travail comprend la peinture murale, la sculpture, le collage, la peinture à l'aquarelle à petite échelle, ainsi que des ateliers avec des acteurs qui mènent à des performances en direct et à des vidéos de mouvements chorégraphiés et de textes parlés dirigés qui se concentrent sur l'interaction entre les objets et les personnes. Un intérêt clé ici est la combinaison de l'apparence inconnue ou étrange avec le prosaïque et le banal. D'ordinaire, l'espace étranger de l'abstraction remplacerait le premier, tandis que le second serait représenté par le mouvement / la parole / le comportement des personnes dans l'œuvre; bien que ce genre d'équilibre puisse facilement basculer.

Ben Cain vit et travaille à Londres, au Royaume-Uni.