Wiels | FR

Lorna Macintyre

Granite et arc-en-ciel

22 10 2010 16 01 2011

La nouvelle installation sculpturale et photographique de Lorna Macintyre se base sur le livre de Virginia Woolf The Waves, écrit en 1931, l'année même où l'ancienne brasserie dans laquelle l'exposition a lieu a été construite. A partir de ce lien temporel fortuit entre le roman le plus expérimental de Virginia Woolf et les origines du Centre d'art contemporain Wiels, Macintyre tisse un récit insaisissable dans l'espace, dont le fil rouge est le même que celui du roman The Waves: le passage du temps.

La solidité du granite et l'état éphémère, presque illusoire, de l'arc en ciel, sont des éléments qui apparaissent à plusieurs reprises dans les écrits de Virginia Woolf qui parlent des tensions s'opposant dans la pratique de l'artiste: d'une part, travailler avec un vocabulaire de matériaux formels restreint, tout en se basant sur des idées littéraires sublimées ou romantiques. Macintyre cherche souvent à donner une forme concrète à des sources littéraires, par des assemblages d'objets trouvés ou des enregistrements photographiques de moments quotidiens qui émergent à partir d'un point de départ textuel ou mythologique. Peu dans le résultat révèle explicitement les sources, qui sont transformées par le hasard, le geste et l'interprétation, mais on pourrait dire que c'est précisément dans ce processus de traduction que les compositions élégantes de l'artiste trouvent leur manière singulière de s'exprimer.

Lorna Macintyre (née en 1977 à Glasgow 
où elle vit et travaille) a étudié à la Glasgow School of Art et au Hunter College à New York. Ces dernières années, son travail a été présenté dans le cadre d'expositions collectives dans des institutions telles que l'Austrian Cultural Forum (New York), A Foundation (Londres), Akureyar Art Museum (Islande), Tramway (Glasgow) et Bloomberg Space (Londres). Ses présentations solo récentes incluent Form and Freedom au Kunsthaus Baselland en 2010; Sentences not only Words à la galerie Mary Mary de Glasgow en 2009; Nought to Sixty au Institute for Contemporary Art à Londres et The Word for World is Forest à la Galerie Kamm, à Berlin, en 2008.