Wiels | FR

Erik van Lieshout

The Show Must Ego On

30 09 2016 08 01 2017

Erik van Lieshout acquiert sa renommée au début des années 2000 pour ses vidéos viscérales, dans lesquelles il joue souvent un rôle central, et qu’il présente dans des décors qu’il réalise lui-même : des installations bien plus sophistiquées que ne laissent paraître leurs formes brutes et leur aspect bricolé.

DSC3798
Erik van Lieshout, Sex is Sentimental, 2009, installation view, The Show Must Ego On WIELS 2016; photo: Johannes Schwartz

Alors que son travail paraît souvent directement influencé par le contexte politique et social des Pays-Bas, van Lieshout soulève, non sans provocation, des questions qui s’avèrent pertinentes à travers l’Europe et au-delà : l’immigration et l’intégration, les différences de classes et le phénomène de gentrification. Malgré le sérieux de ces sujets, l’oeuvre peut être excessivement drôle, utilisant la satire pour révéler les points névralgiques de notre société. C’est avec le même regard mordant qu’il explore ses propres limites ou défauts, à la fois en tant qu’être humain et artiste. Dans ses oeuvres récentes, van Lieshout interroge tout particulièrement l’impact social de l’art et son potentiel émancipateur.

DSC3620
Erik van Lieshout, Ministry of Subculture, 2012, installation view The Show Must Ego On, WIELS 2016; courtesy of Collection de Bruin-Hejin, photo: Johannes Schwartz

L’exposition de van Lieshout au WIELS est sa première présentation individuelle institutionnelle en Belgique. Elle inclut des œuvres réalisées depuis 2009 : des vidéos et des installations ainsi que des œuvres sur papier. Dans la sélection des œuvres et dans leur articulation à travers les espaces du WIELS, l’exposition incarne les tentatives de van Lieshout de s’écarter du centre de la scène, de se retirer, de disparaître.

Erik van Lieshout (né en 1968, Pays-Bas) vit et travaille à Rotterdam.

Erik van Lieshout : The Show must Ego On
30.09.2016 - 08.01.2017
Curator: Zoë Gray

Avec le soutien de :

L'ambassade des Pays-Bas

Mondriaan Fund

Annet Gelink Gallery, Amsterdam
Galerie Guido W. Baudach, Berlin
Galerie Krinzinger, Vienna
Anton Kern Gallery, New York
Maureen Paley, London