Wiels | FR

Soirée de conversations : Edi Rama et Anri Sala, Catherine Perret et Alexander Schellow

Table ronde
21 02 2013 19:00 20:00

Conversation, Edi Rama et Anri Sala - 19h

Partager
Soirée de conversations Edi Rama et Anri Sala Catherine Perret et Alexander Schellow

Edi Rama a été l’un des principaux acteurs de la transformation des conditions de vie dans la capitale albanaise, Tirana, la faisant plus verte, assainissant ses cours d’eau, rendant l’espace public aux citoyens, mais également restaurant et repeignant en couleurs vives les façades délabrées des immeubles du centre-ville. Ces changements sont liés de façon conséquente à la pratique artistique d’Anri Sala : ses films, installations et photographies explorent les frontières de l’histoire et de la géographie du point de vue de personnages marginaux, de protagonistes involontaires de drames collectifs. Edi Rama et Anri Sala interrogeront les possibilités d’influer sur la perception d’un lieu, la vie dans la cité et la notion même de citoyen, en relation à leurs initiatives artistiques et urbanistiques.


Projection de OHNE TITEL (fragment) - 4’40’’, d’Alexander Schellow

Conversation, Catherine Perret et Alexander Schellow - 20h

Comment font pour se souvenir ceux qui ne photographient pas ? demandait Chris Marker dans l’ouverture de Sans Soleil. Inversement : comment se souvenir à l’heure de l’industrialisation de la mémoire, industrialisation dont la photographie fut le premier outil ? Entre ces deux questions, au-delà de l’aporie qu’elles dessinent, Alexander Schellow développe un art fondé sur la dynamique de la remémoration. Remémoration de la sensation dans une pratique performative du dessin. Remémoration des lieux dans le transfert de l’image immobile à l’image animée. Remémoration des temps et des histoires dans le processus de constitution des archives. Remémoration du souvenir dans le film. Chacune de ces pratiques pose la question de l’instant où le mouvement naît dans l’image, impliquant non seulement la remontée du passé dans le présent, mais la réécriture du passé par le présent. Son travail pose une des questions majeures de l’art d’aujourd’hui : comment faire des images un instrument d’exploration de la mémoire vivante et non du souvenir inerte le matériau d’images faussement vivantes ?

Dans le cadre de l’exposition Tirana de Alexander Schellow, qui s'ouvre le 20 Février à la galerie de l'erg

21.02.2013, 19:00
Entrée gratuite
Info & réservation : welcome@wiels.org



Partager