Wiels | FR

Edith Dekyndt

OMBRE INDIGENE

05 02 24 04 2016

Pour sa premiĂšre grande rĂ©trospective, l’artiste belge Edith Dekyndt crĂ©e de nouvelles Ɠuvres qu’elle prĂ©sente avec des piĂšces existantes : aussi bien des projections, des abstractions picturales et des dessins que des objets sensibles et des installations.

007 OMBRE INDIGENE Part 2 Martinique Island 2014

Edith Dekyndt, OMBRE INDIGENE Part.2, Martinique Island, 2014

Ses Ɠuvres attirent par un caractĂšre matĂ©riel et corporel puissant. Dekyndt conçoit des formes et des surfaces complexes en transformation permanente par des interactions entre des substances, un environnement et un support et par des processus biochimiques, organiques ou inorganiques.

Le scĂ©nario qu’elle Ă©chafaude pour le contexte de l’espace post-industriel qu’est WIELS — une ancienne brasserie — se compose d’Ɠuvres Ă  base de cuivre, de levure, de terre, d’eau provenant de la Senne et de la bactĂ©rie avec laquelle est produite la gueuze. Elle relie ainsi la spĂ©cificitĂ© du lieu avec les propriĂ©tĂ©s et les qualitĂ©s gĂ©nĂ©rales des Ă©lĂ©ments naturels et Ă©tablit des liens entre le particulier et l’universel, le concret et l’abstrait.

Telle une chercheuse amateur fascinĂ©e par les qualitĂ©s des substances et des choses, Dekyndt adopte une approche connexe Ă  l’expĂ©rimentation scientifique qu’elle mĂšne dans des lieux singuliers et de maniĂšre inhabituelle. Tout ce qu’elle rĂ©alise tĂ©moigne d’un grand intĂ©rĂȘt pour la relation avec le milieu naturel de la planĂšte, d’une traduction esthĂ©tique et d’une tentative de rendre apparente et expĂ©rimentable une conscience Ă©cologique de l’interdĂ©pendance et de l’influence entre l’homme et son environnement.

Le titre de l’exposition est empruntĂ© Ă  une Ɠuvre que l’artiste a crĂ©Ă©e sur le lieu de naissance et d’inhumation d’Édouard Glissant, le penseur du mĂ©tissage et de la crĂ©olisation, de la permĂ©abilitĂ© rĂ©ciproque et de l’évolution permanente des cultures, des langues et des choses. Elle soulĂšve des questions sur la relation entre origine et source et rĂ©fĂšre Ă  son propre trajet : Ă  sa quĂȘte de lieux et de leurs qualitĂ©s, mais aussi Ă  une autre dimension au sein de l’abstraction, aux relations entre l’énergie organique et inorganique, toutes reliĂ©es dans une attention Ă©cologique universelle.

La premiÚre partie de la rétrospective est présentée au Consortium à Dijon, du 30 octobre 2015 au 24 janvier 2016.

Curateur : Dirk Snauwaert

Une publication conçue par Casier / Fieuws accompagnera l'exposition, co-publiée par WIELS; Le Consortium, Dijon; et Les Presses du Réel.