Natasja Mabesoone

Résidence

"Dans des gravures à l’eau forte, aussi connus sous le nom de vernis mou, divers objets tels que des fleurs, des tissus, des papiers gaufrés sont pressés dans un vernis avant d’être placés dans un mordant. Cette couche de matière fondamentale permet à une nouvelle image (dessin ou impression) de flotter au-dessus, au travers ou en-dessous d’un arrière-plan d’eau forte coloré. Associé librement et avec humour les eaux fortes nous plongent dans la métaphore et jouent un jeu scénographique et poétique.

Mon vocabulaire pictural dérive de voyages en bus, des Silly Symphonies de Disney , d’éléments de jeux de société, des essais de J.F. Vogelaar, des poème de S. Mallarmé, du langage poétique de Hannah Weiner, des Sudoku et des jeux de mots.

Pour la série Vossen in de bossen, l’observation de la vie sauvage de loups et de renards, pour la plupart en Espagne, a été combinée avec des références littéraires du Corbeau et le Renard par Broodthaers. D’autres œuvres trouvent leur origine en Albanie après avoir remarqué un homme appliquer du ciment contre un mur de briques, alors que j’écoutais Born to die de Lana del Rey depuis notre voiture garée. Cela représentait une sorte de glorification sociale d’un Joe le plombier, un Joe Sixpack prolétaire, et a donné une exposition titrée Op z’n jan boerenfluitjes. La série a été pensée grâce à l’étude étymologique du nom Joe, de ses proverbes et adages.

Dans chaque travaux un protagoniste différent est mis en scène et semble utiliser ingénument les représentations des hauts et des bas quotidiens.

Le récit dans mon travail ne nécessite pas forcément de pré-requis. Le potentiel narratif repose plutôt dans l’imaginaire, la matérialité et les associations culturelles ou les contextes imaginaires et étymologiques de chacun."

Natasja Maabesoone (1988, Belgique) est diplômée d'un Master en Arts Visuel de KASK, Gand.