Jean Katambayi Mukendi

Résidence

Jean Katambayi Mukendi a grandi dans un camp d’une société minière qui vivait sous le rythme séquentiel de la sirène programmée depuis l’époque coloniale, et dominée par une sidérurgie dessinée par la plus longue cheminée et par la plus grande montagne de scories actuellement recyclées pour y extraire les minerais ; ses parents y ont travaillé comme technicien et agent de bureau.

Très tôt, à l’enfance déjà, Jean s’est posé la question en voyant une société qui ne s’occupe pas à épargner des énergies culturelles et philosophiques pour consolider son avenir et échanger avec le reste du monde. Jean réagit en utilisant les cartons de sa mère et les reflexes techniques de son père pour  créer des machines imaginaires.

Jean apprend les techniques, les arts et les métiers et apprend ensuite les maths, juste pour se positionner dans un contexte de crise socio-économique que traversait son pays, et ce cursus lui sert de support pour  exprimer son art qu’il exerce dans sa maison depuis son enfance. Il s’appuie sur la  géométrie, l’observation, les mécanismes insoupçonnés, de fortes inspirations, des rêves, des prédictions qui semblent à ce jour rattraper sa société et même le monde.

Jean a effectué plusieurs résidences et expositions, notamment à l’Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence en 2010, où il a tenté d’établir un rapport entre la couleur et le toucher lors de la production de l’œuvre Ecoson qui posait le dilemme entre le « dessin et le destin », façon de participer à cette litanie contemporaine sur l’écologie vue de l’Afrique, à Thyssen-Bornemisza Art Contemporary à Vienne ; Jean a participé à la 11ème Biennale de Dakar et à la 12ème Biennale de Havana. Jean est actuellement représenté dans la collection du M HKA à Anvers par son œuvre Trotation qui ajoute le troisième mouvement aux mouvements perceptibles de la terre.

Il s’intéresse à la transformation de la Société, une société appelée à produire des énergies lui permettant de rouler dans des automatismes culturels pour servir contrepoids et proposer des repères au monde.

http://www.ker-thiossane.org/spip.php?article32