Vincent Meessen : Sire, je suis de l'ôtre pays

À propos de cette exposition

La pratique artistique de Vincent Meessen consiste à produire des dispositifs narratifs et discursifs qui s’articulent autour de documents jusqu'ici négligés ou oubliés. Une fois actualisés et remis en récit, ils mettent en scène certains paradoxes qui hantent la rationalité occidentale. Chaque œuvre est ainsi conçue comme expérience d’un certain texte, image, signe ou son mis à l’épreuve du présent.

Dans son exposition au WIELS, Vincent Meessen propose une remise en espace de One.Two.Three, le dispositif filmique, musical et performatif créé pour le Pavillon belge de la dernière Biennale de Venise. Au départ d’un chant insurrectionnel écrit en mai ‘68, ce travail révèle une filiation inconnue de l'Internationale situationniste au Congo. One.Two.Three interroge l'écriture de l'histoire de la dernière avant-garde internationale de la modernité, qui bouscula de façon si radicale la conception des rapports entre art, politique et vie quotidienne. À travers la collaboration avec de jeunes musiciennes kinoises, c’est aussi la rumba comme forme transculturelle qui sert de véhicule à une méditation sur l’émancipation, projet fondamentalement irrésolu et condamné à la reprise.

Le titre de l’exposition relie One.Two.Three avec une recherche récente présentée pour la première fois au WIELS. Elle prend pour point de départ le projet avorté de l'Internationale situationniste de construire une ville expérimentale sur une île inhabitée au large de l’Italie. La phrase « Sire, je suis de l'autre pays », adaptée par Meessen suivant la logique phonétique des langues créoles, renvoie à un texte fondateur de l'Internationale situationniste « Formulaire pour un urbanisme nouveau » (1953). L’idée même de l’île offre la possibilité d'une aventure, proposant à la fois une séparation du monde et une possible re-création de celui-ci. 

Né en 1971 à Baltimore, aux États-Unis, Vincent Meessen vit et travaille à Bruxelles. 

Curatrice : Caroline Dumalin